CJV dispersée

Rassemblement d'amis dispersés dans le monde
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Palmarès JV

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9
AuteurMessage
Kurush
Limace Baveuse
avatar

Nombre de messages : 667
Age : 35
Localisation : Back from the City
Date d'inscription : 27/06/2005

MessageSujet: Re: Palmarès JV   Lun 17 Sep 2018, 5:31 pm

The Ninja Warriors Again (SFC) 15.09.18

Remake réalisé par Natsume du hit d'arcade de Taito, The Ninja Warriors Again (ou "The Ninja Warriors: The New Generation" en Occident) est un beat them all particulièrement pêchu, qui se joue sur un seul plan. On y incarne 3 androïdes Ninja au choix : Ninja (panne d'inspiration pour le nom? Smile), le tank armé de nunchaku et d'un réacteur dorsal (il est trop lourd pour sauter); Kunoichi la nana équipée de katana et kunai (la plus équilibrée mais pourtant celle que je trouve la moins fun à jouer); et enfin Kamaitachi, avec une faux soudée à chaque bras et des membres étirables "à la Dhalsim" (mon perso préféré, de loin). Tous les persos sont charismatiques à souhait et les sprites imposants. La panoplie de coups met à l'amende la plupart des beat them alls, avec 3 projections par perso, de multiples combos, plusieurs attaques sautées... On dénombre facilement plus de 10 attaques différentes par perso. On peut également remplir une jauge de Blaster qui donne droit à une super attaque explosive faisant le ménage à l'écran. Elle ne fait pas beaucoup de dégat mais est très utile quand on se retrouve en mauvaise posture (encerclé par plusieurs ennemis par exemple). On peut également balancer ici et là quelques projectiles assez originaux (motos, caisses, bonbonnes de gaz, etc). Les ennemis font dans la variété : snipers, simples soldats, ninja avec masque de kabuki, commandos, yakuza, cracheurs de feu, espèce de nains avec des griffes, etc.
Techniquement, c'est un sans faute avec des décors variés et colorés qui fourmillent de détails, de nombreux ennemis à l'écran, le tout sans aucun ralentissement. Franchement, on est pas loin du'un rendu Neo Geo pour le coup ! Les musiques, sans être exceptionnelles pour autant, sont entraînantes et accompagnent bien l'action.
La durée de vie est plus que correcte pour le genre puisqu'il faut à peu près 1 heure pour le finir. Les 8 stages et le bestiaire sont variés et la panoplie de coups suffisamment riche pour que la lassitude ne n'installe pas. Mention spéciale pour la mise en scène des boss, très spectaculaire et d'une classe folle. Les derniers stages ne sont pas foncièrement évidents mais après quelques tentatives on en vient rapidement à bout, d'autant plus que les continues sont illimités (une seule vie par continue par contre). Reste toujours le plaisir de refaire le titre avec un autre perso.
Comme il n'y a qu'un seul plan, l'action n'est pas du tout confuse à l'écran et les hitbox précises... Revers de la médaille, il n'y a pas de mode 2 joueurs (ça aurait été rapidement le bordel en multi à l'écran, même sans friendly fire). Et la censure est passée par là (sang vert), même en version jap...

Bref, un des tous meilleurs beat them all de la console, avec une profondeur de gameplay sidérante et une classe incontestable.

A noter qu'un portage sur Switch devrait sortir courant 2019, avec 2 nouveaux persos, des sprites et des décors retravaillés et un affichage en 16-9 (un peu comme pour Wild Guns).
https://www.youtube.com/watch?v=2gnY-Xhu3qU


Super Turrican (SFC) 16.09.18

Série initiée par Manfred Trenz au tout début des années 1990 sur micro-ordinateurs 8 bits puis sur consoles, on doit cet épisode au studio Factor 5.
Il s'agit toujours d'un run & gun / platformer dans lequel on incarne un space marine. Et pour donner des références un peu plus précises, d'un mix de Contra et de Metroid, car l'exploration y est importante (quoique moins que dans d'autres épisodes de la série).
Notre space marine dispose de 3 armes upgradables (tirs multiples, laser droit, balles rebondissantes), d'un laser beam qui permet de freezer les ennemis et de faire apparaître des plateformes, et de smart bombs. En se baissant, à la manière de Samus Aran, il devient une morphing ball invulnérable (mais assez difficile à contrôler) qui peut aussi larguer des mines. Feature malheureusement sous-exploitée à mon goût...
Techniquement, le titre est assez balèze avec de nombreux éléments affichés à l'écran, des décors qui explosent de couleur. Il n'abuse pas des capacités techniques de la console (quelques utilisations du mode 7 et de multi-scrollings ici et là) mais l'action reste très fluide, sans aucun ralentissement à déplorer.
Les stages se découpent en 3 sub levels et ne brillent pas pas leur originalité : désert volcanique, monde industriel (au beau milieu d'une usine hostile, avec produits chimiques et jet de flammes), niveau enneigé et enfin environnement extra-terrestre, plagiat éhonté d'Alien (d'autres développeurs de JV ont été attaqués en justice pour moins que ça !). Les musiques en Dolby Surround et à base de synthé (made by Chris Huelsbeck) sont vraiment réussies, clairement un des gros points forts du soft.
Le jeu n'est pas très dur, hormis un passage de plateformes assez fastidieux dans le dernier monde qui se passe au pixel près et qui m'a coûté un paquet de vies (et même un continue) ! L'exploration est récompensée avec entre 5 et 10 vies cachées par monde, dont certaines très bien planquées.

Au final, ce Super Turrican reste un bon titre, très réussi techniquement. Par contre, on peut lui reprocher des boss trop faciles (l'Alien final est une grosse blague) et un manque manifeste d'imagination et de personnalité. Je trouve aussi que l'aventure s'étiole un peu sur la durée : si les  premiers mondes sont très sympas à parcourir avec un level design audacieux et de multiples embranchements, les 2 derniers sont trop linéaires et nettement plus bancals. Des contraintes de date de sortie sans doute...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurush
Limace Baveuse
avatar

Nombre de messages : 667
Age : 35
Localisation : Back from the City
Date d'inscription : 27/06/2005

MessageSujet: Re: Palmarès JV   Lun 01 Oct 2018, 9:16 pm

Metal Slug 4 (Neo.Geo) 23.09.2018

Après la faillite de SNK, c'est Playmore qui a récupéré les licences phares de la marque et a délégué le développement de ce nouvel opus à Mega Enterprise, une société coréenne. Quelques éléments apportent un léger vent de fraîcheur : 2 persos font leur apparition (Nadia et Trevor), tout comme le Dual Machine Gun et quelques nouveaux véhicules (dont un side-car)... Oui mais malheureusement, ce titre recycle (repompe ?) allègrement de nombreux points des épisodes précédents, dont des skins d'ennemis (les zombies, les pseudos-terroristes du Moyen-Orient, etc.) et des pans entiers de niveaux. Je trouve que la difficulté n'est pas non plus très bien calibrée : les Metal Slugs sont toujours assez exigeants mais ce dernier n'est pas toujours fair-pay, avec certains passages particulièrement putassiers (où on est presque obligé de mourir). Les musiques sont souvent quelconques, un comble pour la série.
Le manque de prise de risque et d'originalité aurait pu flinguer ce titre mais il repose sur des bases suffisamment solides pour qu'on s'amuse malgré tout.
Cela dit, ça reste d'assez loin l'épisode le moins abouti sur Neo Geo, mes préférés restant le X et le 1 (mais le 3, le 5 et le 2 lui sont aussi largement supérieurs).


Blue's Journey (Neo.Geo) 23.09.2018

Blue's Journey est l'un des rares platformers sortis sur Neo Geo et d'ailleurs probablement le seul à ne pas être typé arcade. On y incarne un lutin prénommé Blue dont la mission est de débarrasser la planète Raguy (c'est d'ailleurs le titre du jeu en version jap) de la tribu Daruma, qui pollue et industrialise à foison l'environnement... En quelque sorte, une espèce de Nicolas Hulot qui n'aurait pas abdiqué donc...
Pour mener à bien sa tâche, notre lutin peut sauter sur les ennemis, les lancer les uns sur les autres et les étourdir/tuer à l'aide de plusieurs armes (feuille, bombes "glands" et boomerangs). Un bouton permet également de changer de taille, histoire de se faufiler dans des passages secrets pour récupérer des items, faire le plein de bonus. Revers de la médaille, en taille réduite, il est impossible de tuer les ennemis.
Le titre propose une petite dimension RPG assez sympa : quelques interactions avec des PNJ, et des des magasins où l'on peut faire des emplettes à l'aide de fleurs (la monnaie locale du jeu) afin de mettre la main sur des objets assez originaux (en plus des traditionnels achats de vies ou refill de la barre d'énergie) : un coffre fort pour garder son inventaire après sa mort, des palmes pour progresser plus facilement sous l'eau, des chaussures à crampon pour adhérer à la glace, invincibilité temporaire, guérison d'empoisonnement, etc.
On sent que les développeurs ont puisé dans pas mal d'influences comme Wonder Boy, Alex Kidd ou bien encore Mario (l'arbre à clochettes dont il faut atteindre le sommet en fin de level rappelle furieusement le drapeau de Super Mario Bros.). Mais Blue's Journey parvient malgré tout à avoir une identité propre. Graphiquement parlant, le titre accuse son âge (sorti en 1990) mais les décors sont très colorés et les musiques enjouées et proches d'une qualité CD. Les environnements traversés ne sont pas super originaux (jungle, monde volcanique, marais, ville mécanique, etc) mais ils ont le mérite d'être variés et surtout il faudra faire le choix entre plusieurs chemins, ce qui offre une rejouabilité certaine. Pour voir l'ensemble des 6 stages, il faudra finir le jeu une seconde fois (sachant qu'il faut finir 4 stages pour en voir la fin).
Au final, ce Blue's Journey est un assez bon titre, même si je trouve qu'il fait un peu "tâche" car trop sérieux pour la Neo Geo. Je lui préfère Spinmaster / Miracle Adventure dans le genre action-plateformes pour son fun immédiat et son côté arcade exacerbé, même si ce dernier est vraiment trop facile à finir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lars
Cochonou
avatar

Nombre de messages : 4189
Age : 34
Localisation : dans les montagnes ...
Date d'inscription : 26/06/2005

MessageSujet: Re: Palmarès JV   Ven 05 Oct 2018, 3:29 pm

Dead Cells (Switch) 1.10.2018

Un Rogue Like orienté RPG, où chaque run est unique de par la génération de niveaux aléatoires, mais également car chaque arme l'est aussi, à la manière d'un Diablo. En plus d'une immense variété de type (épée, arc, bombe, tourelle, pièges à loup, sorts etc ...) les armes ont également une multitude de lignes de caractéristiques aléatoires (+100% sur ennemi empoisonné, explose à la mort, applique de l'huile inflammable etc etc ...) qui rendent chaque run intéressant en nous forçant à optimiser son build et le gameplay selon les loots. Il y a également une quizaine de mondes différents, mais il faudra toujours en compléter 7 + 2 boss pour voir le boss final, selon le chemin que l'on prend.

Le gameplay est plutôt précis et vif, il arrive de crever bêtement dans les pics mais on ne peut s'en prendre qu'à soi-même.

Comme dans tout bon Rogue Like, la mort renvoie au début, et niveau 1 ... ce qui peut vite être excessivement frustrant quand on avait enfin son build favori avec double tourelle boostée au max et sort de congélation, mais c'est la vie. Les runs durent environ 1-2h pour arriver au boss de fin en fouillant chaque recoin, sachant qu'il y a des portes à timer au début de chaque niveau (très très court ... 2 minutes pour le monde 2 par exemple) derrière lesquelles se cachent des montagnes de butin pour les rushers qui préfèrent ne rien fouiller, foncer, et arriver quand même bien équipés au boss final. Une très bonne idée !

Au rayon des boost permanents, c'est peut-être le point délicat, il y a les runes de déplacement (saut mural par exemple), les plans d'armes (à looter puis acheter pour les débloquer afin de leur donner une chance de dropper), les plans de mutations (des buffs à choisir en fin de niveau), et quelques boosts du type "plus d'armes au marchand", "plus grande potion de soin", "Plus d'or conservé à la mort" etc ... Ceci va rendre le jeu plus riche, mais on ne sent pas de montée en puissance, et on peut toujours se faire atomiser au niveau 1 après 25h de jeu. On aurait apprécié des boost permanents de vie ou de dégats ...

La rejouabilité est par contre exceptionnelle, j'y suis toujours après près de 25h de jeu, une fois le jeu fini 1 fois, on débloque la difficulté +1 avec de nouvelles armes et une nouveauté de gameplay, et ainsi de suite. Un peu comme Diablo, le vrai challenge sera de le finir en +4, mais le +1 est déjà monstrueux à mon goût ... Je ne suis toujours pas arrivé à voir le boss final ... L'espoir de tomber sur LE loot parfait et rouler sur le jeu participe aussi à l'envie de refaire des try.

Les musiques enfin, pas spécialement marquantes sauf celle du niveau 1 et du niveau final qui sont particulièrement bonnes.

Au final un jeu difficile, frustrant, mais terriblement addictif !



The Messenger (Switch) 4.10.2018

Hommage non dissimulé au 1er Ninja Gaiden (le look du Ninja et sa manière de courir sont quasiment identiques), le jeu est cependant construit comme un MetroidVania.

Le point fort du jeu à mon sens est l'humour et l'autodérision, surtout dans la première partie du titre où l'on découvre un peu le background du personnage et des différents PNJ (Ninja Gaiden y est d'ailleurs cité). Les histoires du boutiquier sont souvent géniales, très drôles et inattendues.

L'histoire est également très bien ficelée et originale, mais du coup on regrette que la 2e partie du jeu soit absolument non guidée et ne suive plus aucune trame. Certes cela apporte une grande liberté et on peut faire à peu près tout dans n'importe quel ordre, mais cela tranche un peu trop avec l'histoire très cadrée et intéressante du début, dommage. On a du coup droit à un gros rattrapage d'histoire (toujours aussi bonne), vers la fin, alors que la distiller sur le reste du jeu aurait été plus sympa.

Le gameplay est également très bon et fluide MAIS un peu mal foutu. La même touche est utilisée pour trop d'actions selon le contexte, et on se retrouve souvent à faire un peu n'importe quoi. Le double saut a un mécanisme également un peu obscur. Certes on s'y habitue, mais ce n'est pas idéal dans les (rares, heureusement) salles avec des sauts très complexes.
Un mécanisme aussi très original que je ne spoilerai pas est également sous-exploité à mon sens et rend le jeu plus confus que riche. On se retrouve donc à faire BEAUCOUP d'aller-retours et à se perdre dans les mêmes mondes encore et encore. Certes c'est le principe dans ces jeux, mais c'est un peu trop je trouve.

La difficulté est plutôt bien dosée, mais le jeu reste assez facile, surtout grâce à une mort très très peu punitive, on respawn tout près quasiment sans pénalité. On meurt donc plus par excès de zèle/rush, que sur une vraie difficulté.

Les musiques enfin, étrangement elles sont plutôt toutes avec une mauvaise intro, mais certaines ont un thème principal magnifique, il vaut donc le coup d'attendre un peu dans certaines zones ! Celle du magasin est un bon exemple https://www.youtube.com/watch?v=YFOa9SErWzY A 26:41 la musique commence et est chiante, et le thème sympa arrive enfin à 27:10 ... généralement en 30s on est déjà ressortis de la boutique !

Au final le jeu reste très sympa et se finit en une grosse vingtaine d'heures que je ne regrette absolument pas !



A choisir pour n'en acheter qu'un, j'irais plutôt sur Dead Cells pour l'originalité et la rejouabilité, mais les 2 valent vraiment le coup d'être faits, surtout pour les nostalgiques des jeux rétro ... Kurush devrait faire The Messenger et Poly Dead Cells Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poly
Lapinou en Chaleur
avatar

Nombre de messages : 4283
Age : 35
Localisation : Somewhere Anywhere
Date d'inscription : 27/06/2005

MessageSujet: Re: Palmarès JV   Dim 07 Oct 2018, 9:09 am

Shadow of the Tomb Raider

3eme épisode du reboot de squaresoft, qui se déroule cette fois ci principalement dans la jungle péruvienne. La première chose à dire est que le titre ne réinvente rien des précédents opus. Il n'y a quasiment aucune nouveauté de gameplay. Si on a pas aimé les précédent, on n'aimera pas celui. Au moins on sait à quoi s'attendre.

La principale différence avec les précédents, ce sont les phases qui sont mises en avant. Dans le premier opus, c'etait la survie. Dans le second Lara s'affirmait et devenait une guerrière sans pitié. Le 3eme opus se focalise beaucoup plus sur l'exploration (pas mal de choses cachées, de nombreuses cryptes et tombeaux cachés), et sur les énigmes. Il y a plus d'énigmes que dans les précédents, et c'est tant mieux. Après les énigmes ne sont pas non plus extremement difficiles, mais elles ont le mérite d'être variées, et chaque énigme est différente.

Au niveau gameplay, le jeu reste très fluide, et globalement Lara est maniable dans les phases d’escalade. Je note quand même parfois un manque de visibilité sur la prochaine corniche à accrocher, ce qui ne manque pas de faire tomber Lara à sa perte.

Le très gros point fort du jeu, comme les précédents, c'est l'ambiance, et l'ambiance sonote particulièrement. Ou qu'on soit, entre les remarques de Lara, la musique qui change subtilement, et autre bruits d'ambiance qui arrivent toujours au bon moment, on est vraiment au Péru avec Lara. Sans le son le jeu perd beaucoup de son intérêt. C'est d'autant plus vrai dans certains passage beaucoup plus "creepy" que dans les précédents opus "shadow" of the tomb raider oblige.

Les combats en revanche sont beaucoup moins mis en avant dans cet épisode. S'il y a 2 ou 3 phases de combat jusqu'au 3/4 de l’aventure (plus de 15h déja), c'est le grand max. C'est assez étrange, car on propose à Lara plein d'armes, qu'on peut améliorer et tout (et d'ailleurs son croule dans les composants) .... mais on ne s'en sert que dans le dernier quart du jeu. Rien de révolutionnaire dans les phases de combats, si ce n'est que la partie "furtive" est beaucoup plus mise en avant et la plupart des combats permettent d'être fait 100% en furtif. Au final c'est le plus interressant car il y a un peu de réflexion. J'ia joué en difficile, et quand je foirais mon approche furtive, et que ca devenait bourrin je massacrais quand meme les ennemis. Le jeu se termmine également par un combat de boss, ce que je trouve dommage car le jeu jusqu'a présent ne se focalisait pas sur el combat. J'aurai bien vu une énigme finale timé ou autre

Niveau difficulté, le jeu propose de moduler la difficulté sur les combats, les énigmes et l'exploration, cqui change respectivement les dégâts des mob, les indices que donne Lara sur les énigmes (aucun en difficile), ou les compo ramassés.

Au niveau scénario, je l'ai trouvé un peu léger, et Lara semble un peu bipolaire dans cet épisode, passant du rire au pleur à la rage en quelque seconde. C'est un peu perturbant et pas toujours bien amené. C'est dommage car l'épisode conclu la trilogie, et le scénario est le plus faible des 3.

Autre point amusant le jeu propose pour plus "d'immersion" que les PNJ parlent leur langue d'origine dans le jeu. Je me dit cool, avec les sous titre ca ira. Mais on final on s retrouve avec Lara qui parle Anglais et les PNJ qui répondent en Espagnol / Inca / Maya selon leur origine ... c'est complètement idiot sur les dialogues un peu long ... et ça casse complètement l'immersion.

Au final, ca reste un très bon jeu, avec une ambiance excellente et un retour vers les énigmes qui ont fait connaitre la série. Pour ceux qui ont déjà fait les 2 premiers, ils ne seront pas dépaysés, et ce 3eme épisode reste à faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurush
Limace Baveuse
avatar

Nombre de messages : 667
Age : 35
Localisation : Back from the City
Date d'inscription : 27/06/2005

MessageSujet: Re: Palmarès JV   Dim 07 Oct 2018, 11:03 pm

Il faudra que je l'achète à l'occase ce dernier Tomb Raider, tiens !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurush
Limace Baveuse
avatar

Nombre de messages : 667
Age : 35
Localisation : Back from the City
Date d'inscription : 27/06/2005

MessageSujet: Re: Palmarès JV   Dim 07 Oct 2018, 11:03 pm

Darius II (MD) 07.10.2018

Conversion de l'arcade, ce shmup réalisé par Taito est sorti en 1990. Il accuse son âge malgré une technique plutôt réussie : effets de distorsion et nombreux parallaxes. A noter quand même quelques ralentissements lors de certains passages (assez rares sur MD pour être signalé !).
La série Darius est connue pour son univers aquatique, son ambiance étrange et ses ennemis atypiques, à base de poissons et de crustacés biomécaniques (rascasse, calamar, crabe, tortue, etc.). L'armement n'est pas très original mais la grande force de Darius réside dans les différents embranchements à la fin de chaque stage, un peu comme dans Outrun. Concrètement, on commence par le Soleil puis Mercure (2 choix), Venus (3 choix), la Lune (4 choix), la Terre (5 choix), Mars (6 choix) pour finir par Jupiter (7 choix mais avec plusieurs niveaux identiques). Au final, on a 26 tableaux différents à parcourir. Cette arborescence pousse à refaire le jeu plusieurs fois pour découvrir tous les stages. Autre caractéristique de la série, le message " WARNING! A huge battleship is approaching fast " avant d'affronter le boss de fin de niveau... Dans l'ensemble, les musiques sont assez correctes (elles contribuent à l'ambiance) mais les bruitages assez foireux tapent vite sur le système...
Niveau difficulté, le titre n'est pas évident et il est presque obligatoire de le one-lifer (ou du moins le 1cc) car on perd tout son armement à chaque fois que notre vaisseau est détruit...
Au final, ce Darius II reste un assez bon shoot them up même s'il est très (trop) classique à mon goût. La concurrence étant tellement féroce sur MD en matière de shmup, vous pouvez sans doute faire l'impasse sur ce soft.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurush
Limace Baveuse
avatar

Nombre de messages : 667
Age : 35
Localisation : Back from the City
Date d'inscription : 27/06/2005

MessageSujet: Re: Palmarès JV   Mar 09 Oct 2018, 10:25 pm

Mugen Senshi Valis (MD) 08.10.2018

Réalisé par Telenet Japan, Valis est tiré d'un manga dans lequel on incarne Yuko. Notre écolière japonaise est armée d'une épée ("Valis") et défouraille des monstres à tout-va. L'aventure qui s'étale sur 7 niveaux commence dans le monde réel (Tokyo) pour basculer ensuite dans un univers beaucoup plus fantastique (volcan, forêt, temple en ruines, etc). Les actions de notre héroïne sont assez limitées : attaques, sauts, et glissades. Les 4 ou 5 armes sont upgradables sur 3 niveaux grace à des power-ups et l'on récolte une attaque spéciale à chaque boss battu (à utiliser avec parcimonie car consommatrice de MP) : bouclier sous forme de dragon de feu, tremblement de terre, tirs de glace, etc.
Les cut-scenes sont assez sympas (même si on est loin de celles des versions PC Engine, support oblige) et les musiques globalement réussies...
Par contre, l'aventure est horriblement linéaire et manque singulièrement de fun. Le schéma est toujours le même : avancer, tuer les monstres, et recommencer, encore et encore... Il n'est pas rare de progresser à l'écran sans croiser un seul ennemi pendant 20-30s et croyez moi, c'est long !!! Le scrolling est assez bizarre, Yuko est placée aux deux-tiers à droite de l'écran (pas évident d'anticiper l'arrivée des streums), l'animation est saccadée, les collisions aléatoires, les sauts peu précis, le framerate poussif, et la stratégie aux abonnés absents (contre les boss, il faut souvent bourriner le bouton d'attaque en espérant que leur barre de vie descendra plus vite que la notre).
Bref, en restant un tant soit peu objectif (je ne suis pas un immense fan de la série Valis, qui manque d'originalité et de personnalité selon moi), ce titre est un action-platformer tout juste moyen. J'enchaînerai prochainement avec Valis III sur MD. Avant éventuellement de me refaire les épisodes PC Engine (il me manque d'ailleurs le 1er opus)... au risque de succomber à une overdose ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lars
Cochonou
avatar

Nombre de messages : 4189
Age : 34
Localisation : dans les montagnes ...
Date d'inscription : 26/06/2005

MessageSujet: Re: Palmarès JV   Jeu 18 Oct 2018, 9:05 am

Poly toi qui es en manque d'inspiration de jeux, en lancant Dead Cells hier j'en ai vu 2 dans mon menu Switch que tu pourrais faire : Celeste (si tu as aime Meat Boy et que tu en as pas marre de crever sur Dead Cells), et Xenoblade 2 si tu veux te lancer dans un bon RPG bien long Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Palmarès JV   

Revenir en haut Aller en bas
 
Palmarès JV
Revenir en haut 
Page 9 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9
 Sujets similaires
-
» Défense de la TRIPE
» Monica Seles
» Bernard Hinault
» Classement des Lycées Haute-Normandie, palmarès 2012...!!!
» Crâne de Fer, Palmarès et Statistiques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CJV dispersée :: Section publique :: JEUX VIDEOS !!! (et PC)-
Sauter vers: